PRÉFAILLES, un nom aux multiples définitions possibles

Les terres qui composent le territoire actuel de Préfailles faisaient autrefois partie des anciens fiefs de la Guerche et de Theillac. Elles formaient, pour la plupart, des terres vaines et vagues sur lesquelles les habitants avaient alors tolérance de couper les landes et mottes en bruyères. On peut donc supposer que l’origine du mot Préfailles vient de ces terres, ces « faillis prés » ; tel était bien jadis l’aspect du pays.

D’autres supposent que Préfailles tient son nom de sa situation près de la faille, de la falaise…

Enfin certains affirment qu’il s’agirait de la « fail du pré », du latin fagus, signifiant « forêt de hêtres ». Sur le seul Pays de Retz, plus de 23 lieux ont été identifiés comme portant ce nom de fagus. Il n’est pas le hêtre ordinaire, connu de tous, mais la variété fagus tortuosa, arbre très remarquable, sur le lieu où il croît, par le port exceptionnel de sa ramure.

 

Histoire

Préfailles tient sa prospérité de sa source ferrugineuse, située à Port-Meleu. La commune fut en effet fréquentée comme station thermale bien avant que la mode ne fut aux bains de mer. La source s’était acquis une certaine notoriété sur le plan régional, voire national.

Préfailles n’existe en tant que commune que depuis 1908, époque de son divorce avec La Plaine sur Mer dont elle n’était qu’un écart (et qui demeure sa paroisse). Elle n’a donc pas d’archives centenaires au XXème siècle et, comme celles de La Plaine sur Mer furent détruites durant la Révolution, il est difficile de remonter, avec certitude, aux origines du village.

Toutefois, la Côte de Jade fut peuplée dès la plus Haute Antiquité. Les menhirs et les dolmens qui demeurent, l’attestent, mais beaucoup furent détruits.

Au VIème siècle de notre ère, Saint-Gildas aurait débarqué à la Pointe qui porte désormais son nom pour évangéliser les païens.

Sous l’Ancien-Régime, Préfailles (et La Plaine sur Mer, sa paroisse, qui relevait de l’évêché de Nantes) fit partie des fiefs de Théhillac (Morbihan) et de la Guerche.

Lors du soulèvement de la Vendée, Monsieur de Charette fit de La Plaine sur Mer l’une de ses bases d’opérations contre Nantes et les « Bleus ». Ceux-ci l’ayant emporté, La Plaine et ses hameaux (dont Préfailles) subirent les conséquences de cette situation. Après 1793, il ne restait plus que quelques masures délabrées entre La Plaine sur Mer et la Pointe Saint-Gildas qui devaient plus tard constituer Préfailles .

Entre 1880 et 1910, l’afflux des touristes avait pris une telle importance qu’une demi-douzaine d’hôtels suffisait à peine à les accueillir ; survinrent la guerre de 14-18, puis l’invasion et l’occupation de la dernière guerre pour donner à la localité le visage qu’elle a actuellement.

Géographie

Étendue sur 488 hectares, Préfailles profite de 8 kilomètres de rivage (essentiellement exposés au sud, face aux îles vendéennes de Noirmoutier et du Pilier) et offre à ses visiteurs un paysage de charme alternant plages de sable blond, petites criques et rochers, autant de trésors à découvrir… Son caractère très littoral n’éloigne jamais les limites de son territoire, côté terre, de plus de 2 km de l’océan.

Les territoires des communes de La Plaine sur Mer et Préfailles forment la presqu’île de Saint-Gildas qui sépare l’Estuaire de la Loire de la Baie de Bourgneuf. A son extrémité, la Pointe Saint-Gildas, haut lieu touristique (le second site le plus visité de Loire-Atlantique), côte sauvage et préservée, offre une vue exceptionnelle sur l’océan.

Avec une moyenne d’ensoleillement de 2700 heures par an (comparable à celui du Roussillon), la commune de Préfailles bénéficie d’un microclimat particulièrement favorable : doux et agréable. Préfailles est avant tout une station balnéaire familiale qui détient le label Pavillon Bleu d’Europe pour la qualité et la propreté de ses eaux de baignade et de ses sites depuis 2003.

Secteur économique

Préfailles intègre le bassin d’emploi Nantes – Saint-Nazaire. A une heure du château des Ducs de Bretagne, une demi-heure des chantiers navals, la commune est accessible par voie :

  • Routière,
  • Ferroviaire (gares de Nantes à 60 km, Saint-Nazaire à 30 km et Pornic à 10 km),
  • Aérienne avec l’aéroport international Nantes-Atlantique, basé à Bouguenais au sud de la Loire (et la compagnie nantaise Régionale Airlines),
  • Maritime avec le port autonome Nantes – Saint-Nazaire.

Localisation

Partager la page :